jueves, 19 de marzo de 2015

Comment se faire soigner en Espagne quand on est Français

Quand on est expatrié, le sujet de la santé est souvent un casse-tête... et quand on est enceinte, il prend parfois des proportions assez kafkaïenne, qu'on préfèrerait éviter.

Au cours de ces 7 années de vie à Madrid, j'ai eu plusieurs statuts sociaux: j'ai été chômeuse française, salariée espagnole, puis "en maintien de droits français"... J'ai déjà largement traité du sujet santé en Espagne dans ce blog, mais cette fois, j'aimerais synthétiser le côté pratique et partager mon expérience de l'administration européenne de la santé, qui prouve, même si elle est un peu desespérante, qu'au final, on s'en sort, on est soigné et dans la plupart des cas, merci l'Union Européenne, on est couvert !



Avant de m'adresser spécifiquement aux femmes enceintes et traiter du cas particulier de l'accouchement en Espagne, je vais faire un petit post de rappel sur la prise en charge des soins pour les Français(e) en Espagne (à Madrid en l'occurence).

Pour que les frais de santé soient pris en charge en tant que Français en Espagne (ou dans les autres pays de l'Union Européenne), on a plusieurs options:

1) Si on est en vacances, ou pour une durée de moins de 3 mois en Espagne, alors qu'on travaille ou qu'on est chômeur et donc couvert(e) par la sécurité sociale française:
- On présente sa carte européenne d'assurance maladie et si c'est une urgence et dans un hôpital public (en Espagne) on bénéficie de soins gratuits, c'est ensuite l'administration de l'hôpital qui se mettra en relation avec l'administration française pour régulariser les coûts.
- Si c'est dans le privé, on paye les frais en totalité (ça peut être très cher, attention!), on doit présenter au médecin un formulaire français qu'il doit remplir et tamponner, et ensuite en rentrant, on envoie à la sécu la facture, le formulaire (en gardant bien les photocopies, conseil d'amie!) et on attend que la sécurité sociale nous rembourse (ou nous envoie une demande de complément d'information, cas le plus fréquent ;) (formulaire de soins reçus à l'étranger téléchargeable ici)

2) Si on travaille et on cotise en Espagne, bon ben là, pas de problème: on va dans le public et on présente sa carte de santé et hop, on est soigné et tout est pris en charge. (pour obtenir la tarjeta de sanidad il faut présenter son NIE, son certificat d'empadronamiento, sa carte d'identité et un papier de la sécurité sociale qui dit qu'on travaille et qu'on cotise, voir post sur la tarjeta de sanidad

3) Si on travaille, on cotise en Espagne et en plus on paye une mutuelle privée: on va dans l'un des établissements qui a un accord avec la mutuelle en question, et hop, on est soigné, on paye ou non les soins en partie ou en totalité, en fonction de la mutuelle.

4) S'il s'agit de soins programmés : on décide de se faire soigner dans un pays x ou y pour x ou y raison: il faut d'abord obtenir l'accord de la sécurité sociale française. Et demander à sa caisse primaire d'assurance maladie le formulaire S2 qui permet à une personne assurée dans un pays de l'Union européenne(1) de prouver qu'elle est autorisée à recevoir un traitement médical. 

"You have a right to medical treatment in another EU country on the same terms and at the same cost as people living in that country." (cad dans le public hein...)

- Pour la Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM, la sécu quoi!), il faut se mettre en relation avec le service des relations internationales pour obtenir le S2. Attention! Prenez-vous y à temps: Il est impossible de les joindre directement: ils sont saisis de la question par les opérateurs du 3646 ou du mail via ameli.fr et se mettent en contact avec vous, dans la semaine suivante, s'ils s'estiment compétents. Une fois joints, et si la question rentre dans leurs cases, c'est assez facile: ils vous envoient le papier mentionnant les dates des soins prévus, à votre domicile, dans les quinze jours. 

- Une fois que vous avez le sésame en Espagne, pour vous faire soigner dans le public, il faut prendre rdv dans une antenne de la sécurité sociale de votre ville. Là, en principe ils doivent vous donner un récépissé en espagnol, avec lequel vous pouvez vous rendre directement dans le centre de santé dont dépend votre domicile. Dans mon cas, l'antenne de la sécu m'a directement renvoyée vers le centre de santé local, où j'ai présenté le S2. Passé l'émoi provoqué par ce formulaire européen peu commun pour un dispensaire de quartier, et une fois réparé le bug provoqué par mon existence préalable dans leurs fichiers (ben oui j'ai côtisé 5 ans en Espagne...), ils se sont renseignés en hauts lieux, et ont su où taper le numéro français de sécurité sociale pour me faire rentrer dans une case...
Bref, vous vous ferez remettre une Tarjeta de sanidad provisoire, qui indique que vous êtes couverts par votre sécurité sociale d'origine pour la durée des soins et vous pourrez avoir tout le suivi que vous voulez.

Dans le cas où vous préférez le privé, vous avancerez les frais, et remplirez ensuite le formulaire "soins reçus à l'étranger" en renvoyant toutes les factures originales avec leurs traductions et la photocopie du S2, de sorte que la CPAM vous rembourse (dans les 3 à 6 mois, patience!).



5) Si vous êtes détaché par votre entreprise et continuez en tant que tel à cotiser à la sécurité sociale française: voir le point 1. Dans le privé, vous avancez les frais et la CPAM vous rembourse a posteriori (si vous avez bien rempli tous les papiers ET traduit toutes les factures et notes d'honoraires).

L'intérêt d'une assurance complémentaire si vous allez dans le privé...
Dans le public, vous n'aurez rien à payer. Mais parfois les délais sont longs et les consultations sommaires. Il peut donc vous arriver de vouloir voir un spécialiste. Dans tous les cas où la CPAM vous rembourse les avances de frais, c'est sur la base des tarifs conventionnés: les tarifs des spécialistes espagnols les dépassent largement, alors si vous avez une mutuelle complémentaire, cela peut être très utile!
Les mutuelles complètent généralement les frais pris partiellement en charge par la sécurité sociale. Une fois remboursés par la CPAM, vous envoyez le décompte à la mutuelle complémentaire, et vous obtenez le remboursement à hauteur de ce que votre contrat prévoit.

Exemple: un rendez-vous chez le gynécologue dans le privé avec examens m'a coûté 185 € : 130€ de consultation et 55 € d'analyses. La sécurité sociale m'a remboursé la consultation sur la base des tarifs de spécialistes en France, soit 22€, à 100% puisque c'était dans le cadre d'une grossesse et dans les 10€ pour les analyses. Sans la mutuelle qui m'a remboursé les frais réels, j'en aurais eu pour 150€ de ma poche...

2 comentarios:

Nadia Ehresmann dijo...

Bonjour,

Je viens d arriver à Burgos pour une durée de 10 mois accompagnateurs ma grande fille a la fac et la petite ira au colegio publique.
J ai fait une demande de nie pour l inscription au collège. Ils me demandent un document s1 de la CPAM mais quand je lus ce que il engendre j ai un peu peur.
Je ne souhaite pas déménager en Espagne seulement y venir 10mois.
Par exemple si je tombe ou les filles gravement malade je ne soyaihe te pas rester en Espagne. ..je rentre chez moi auprès de ma famille.
Comment vois tu les choses toi qui est passé par la?
Merci d avance
Nadia

Jean Claude Parienti dijo...

Bonjour,je viens de me faire poser 6 implants en Espagne et ma mutuelle ( ECA)ne veut rien entendre pour me rembourser alors que mon contrat stipule que j'ai le droit a un remboursement d'un implant par an de 500€? En a t'elle le droit.Merci